Lors du salon automobile de Détroit, dans l’État de Michigan, les responsables de la marque de voiture allemande, Volkswagen, a fait quelques annonces. Conscient que le scandale des moteurs truqués pourrait nuire profondément à ce géant de la construction automobile, la firme essaye tant bien que mal de se racheter aux yeux de ses clients.

Rachat de certains véhicules envisagés

Le scandale a eu lieu aux Etats-Unis, en septembre dernier, lorsque Volkswagen a voué avoir truqué le moteur de près de 600.000 voitures, afin de déjouer les normes antipollutions américaines. Le géant de l’automobile a, en outre reconnu avoir installé des logiciels truqueurs dans environs 11 millions de voitures, partout dans le monde. Cette grosse bombe a fait fondre sa capitalisation boursière tandis que son ex-patron, Martin Winterkorn, a été obligé de démissionner. À cause de ce scandale, les ventes mondiales de Volkswagen ont baissé, l’année dernière. Suite à la découverte de cette supercherie, le PDG de la firme, Matthias Müller, a déclaré qu’ils sont conscients d’avoir profondément déçu leurs clients, les organismes gouvernementaux et le grand public des Etats-Unis. « Je suis sincèrement, désolé. Je m’excuse pour ce qui a mal tourné chez Volkswagen. Nous sommes entièrement déterminés à réparer les choses », disait-il pour son mea-culpa. Il a également confirmé que la firme projetait le rachat de 100 000 des véhicules dotés de moteur trafiqué, à leurs propriétaires. Il s’agit encore d’une des solutions en pourparlers, car le PDG de Volkswagen rencontrera Gina McCarthy, chef de l’agence environnementale américaine de l’Environnement (EPA), afin d’en discuter.

Des procès qui pourront coûter très cher

D’autres solutions ont été envisagées, notamment la remise aux normes des voitures truquées. Nous sommes entièrement déterminés à réparer les choses », disait-il pour son mea-culpa. D’un autre côté, le département de la Justice américaine a décidé de poursuivre Volkswagen, ainsi que ses véhicules haut de gamme, Porsche et Audi. Au moins, 20 milliards de dollars (environ 18,7 milliards d’euros) leur est réclamé par le ministre, c’est-à-dire, 37 500 dollars (environ 35 000 dollars) par véhicule affecté et au moins 2 750 dollars (environ 2 500 euros) par logiciel installé. En outre, une quarantaine d’États ont aussi porté plainte pour manque de coopération de Volkswagen. Cependant, pour le moment, aucune rencontre avec les responsables de la Justice n’a été programmée. Malgré cette tension palpable, Volkswagen n’a pas l’intention de lâcher le marché américain, qu’il définit comme un marché « clé ». Ainsi, la firme projette d’investir 900 millions de dollars (environ 840 millions d’euros) aux Etats-Unis, pour la production d’un 4×4 de ville (SUV) de moyenne gamme. Ceci engendrerait 2 000 d’emplois.

 

Leave a reply

 

Your email address will not be published.