Les amateurs de voitures de collection ne désarment pas suite à l’adoption de la loi visant à interdire la circulation des voitures immatriculées avant 1997.Les collectionneurs ont décidé de lancer une pétition pour pallier à cette privation de liberté.

Alors que la Mairie de Paris a autorisé l’organisation d’une course de voitures électriques à Paris, qui se déroulera le 23 avril prochain dans les artères du septième arrondissement, les voitures antérieures à 1997 se verront interdites de circulation dans les rues de la capitale durant la journée à partir du 1er juillet 2016. Cette décision a été prise par l’administration Hidalgo dans le cadre de la lutte contre la pollution. Les amateurs de véhicules de collection ont décidé de lancer une pétition contre cette mesure sur le site www.change.org. En quelques heures à peine, plus de 6 000 signatures ont été récoltées.

Des restrictions qui seront sans doute contagieuses

Cette loi a été adoptée dans le but de mieux préserver l’environnement, car elle permet d’améliorer la qualité de l’air ainsi que la situation sanitaire. Pour ce faire, l’administration municipale parisienne a décidé d’interdire la circulation des voitures âgées de plus de vingt ans. Toutefois, la plupart des Parisiens raffolent des véhicules de collection et n’hésitent pas à mettre la main au portefeuille pour les entretenir.

Si cette mesure devait être imposée à Paris sans prendre en compte le fait que les vieilles voitures ne sont pas toutes concernées par le problème de pollution, il ne serait pas surprenant de voir les autres villes françaises suivre son exemple. Les véhicules de collection seront alors de demeurer immobiles, telles des œuvres d’art exposées dans un musée. Or, une voiture est faite pour rouler, se faire chouchouter. Il est également à noter que les voitures anciennes font partie intégrante de la culture française. Touristes et collectionneurs se donnent souvent rendez-vous dans la capitale pour assister aux diverses manifestations mécaniques.

Une passion innocente

« Il est assez rare de nos jours de voir de vieilles voitures circuler dans les rues parisiennes. Comme elles sont destinées généralement à un usage exceptionnel, l’impact sur la qualité de l’air reste moindre, voire inexistante. Les professionnels spécialisés dans le domaine de la mécanique, notamment les voitures anciens modèles, ainsi que les organisateurs d’événements liés aux véhicules de collection sont également concernés par cette décision unilatérale de l’administration Hidalgo. Les vieux modèles risquentde disparaître complètement de l’Hexagone au profit des collectionneurs étrangers.

Tout ce qu’on peut faire pour contrer cette mesure, c’est de participer à cette pétition. Il sera alors peut-être possible de sauver ce côté qui fait le charme de Paris, comme découvrir son patrimoine culturel et historique en traversant ses rues à bord d’une 2 CV par exemple.

 

Leave a reply

 

Your email address will not be published.