Sous les feux des projecteurs, mais pour de mauvaises raisons depuis le 18 septembre avec l’éclatement du scandale des moteurs truqués, Volkswagen a récemment mis sur pied son plan d’action en offrant 1000 dollars aux automobilistes américains.

Un geste de la part du constructeur automobile était très attendu et Volkswagen n’a pas tardé à réagir, mais elle ne concerne que les automobilistes américains pour le moment. Deux cartes Visas de 500 dollars leurs seront données : La première pourra être utilisée partout où la carte est acceptée tandis que la seconde ne pourra être utilisée que chez les concessionnaires de la marque. Et pendant trois ans l’assistance dépannage leur sera offerte. Pour pouvoir obtenir ces avantages, les quelques 500 000 automobilistes américains devront s’enregistrer au plus tard le 30 avril.

Alors que les Américains bénéficieront de ces avantages très bientôt, rien n’a encore été dévoilé concernant les autres automobilistes à travers le monde. Avec plus de deux millions de véhicules dans le monde, le montant pour le dédommagement risque d’être assez conséquent pour le constructeur automobile. En Allemagne, le président de la fédération des associations protection du consommateur a déclaré qu’il s’attend à ce que le groupe vienne de l’avant avec un système de dédommagement identique à celui mis sur pied en Amérique. Mais le plus gros souci est qu’en Allemagne et en Europe, plus de véhicules ont été vendus et offrir des bons d’achat de ce montant demanderait un énorme budget et la note risque de s’alourdir encore plus avec les frais pour les rappels de véhicules et les coûts judiciaires.

Toute cette affaire a débuté au mois de septembre avec une accusation contre le constructeur allemand. Il semblerait qu’un petit logiciel ait été installé dans le véhicule et permettrait de passer le contrôle de limitation de gaz polluant. Une fois que le test est terminé, le logiciel se désactive et le véhicule libère alors plus de gaz polluants. Pour essayer de comprendre l’étrange écart entre les émissions de gaz déclarées et les émissions réelles, un organisme non gouvernemental basé aux États-Unis et en Allemagne appelé International Council on Clean Transportation, décide de faire des tests et alerte ensuite les chercheurs de l’université de Virginie Occidentale.

Cette prise de risque va donc coûter une petite fortune au constructeur allemand en termes de dédommagement aux automobilistes ainsi qu’une très grosse amende en plus des coûts judiciaires après une enquête approfondie sur les véhicules diesel de la marque Volkswagen.

 

Leave a reply

 

Your email address will not be published.